Dernières nouvelles
Accueil » Société » Comment en est-on arrivé là ?
Comment en est-on arrivé là ?

Comment en est-on arrivé là ?


Violences policières contre des journalistes: Comment en est-on arrivé là ? — 20 Minutes
  • Média-bashing, multiplication des lois visant à réguler la profession, difficultés rencontrées sur le terrain pour accéder à l’information : l’exercice du métier de journaliste est-il plus difficile depuis l’élection d’Emmanuel Macron ? La liberté de la presse est-elle menacée ?
  • Pour tenter de comprendre les changements dans les relations entre le pouvoir et les médias, 20 Minutes a décidé d’interroger des spécialistes de la presse, des témoins de débordements, des journalistes, mais aussi des acteurs du gouvernement.
  • Troisième épisode de notre série « Point de pressions » sur les violences policières contre des journalistes qui ont eu lieu ces derniers mois lors de manifestations.

Un tir de LBD en plein visage. C’est ce qu’a reçu Nicolas Descottes, alors qu’il travaillait pour le quotidien Libération le 8 décembre dernier. A 10 h, le photographe indépendant se rend sur l’avenue des Champs-Elysées.
L’acte 8 des « gilets jaunes » bat son plein. En fin de matinée, les tensions commencent à se faire sentir. Il aperçoit un groupe de 25 policiers remonter l’avenue vers la rue de Bassano et visse alors son casque siglé « presse » sur sa tête. Plusieurs journalistes s’accroupissent et se cachent. « Je me suis rapproché pour photographier ce qu’il se passait et là, les mecs de la BAC ont tiré [au LBD] partout, dans toutes les directions. »

Sur l’avant-dernière photo qu’il a prise, il aperçoit, parmi la horde de policiers, l’un d’eux, LBD pointé sur lui. Quelques secondes après, il reçoit une balle en plein visage qui lui déchiquette la joue et explose l’os de sa pommette. « Sur le coup, c’est d’une violence effroyable. Une étude compare cette douleur à celle ressentie lorsque l’on se prend une batte de baseball à pleine puissance. »

Au moins 54 journalistes blessés

Nicolas Descottes n’est pas le seul journaliste à avoir été blessé par les forces de l’ordre au cours des manifestations de ces derniers mois. Comme lui, des dizaines d’autres reporters, vidéastes et photographes ont été touchés par des tirs de LBD ou ont reçu des coups de matraque et des
jets de grenades. Fractures, côtes cassées, brûlures et hématomes, les blessures sont aussi variées que les journalistes touchés nombreux. Entre le 17 novembre 2018 et le 17 mai 2019, 54 d’entre eux ont été blessés par les forces de l’ordre, dont 12 sérieusement, selon un décompte réalisé par 
Reporters sans frontières (RSF). « On n’avait jamais vu un tel niveau de violence à l’égard des journalistes », affirme Pauline Ades-Mevel, porte-parole de l’association.

Les violences policières ayant eu lieu pendant les manifestations des « gilets jaunes » ont été recensées par le journaliste David Dufresne. Il qualifie celles exercées contre des journalistes de « réelle entrave à la liberté d’informer. » « Comment un policier peut s’autoriser à tirer sur un journaliste dont on voit le sigle “presse” et qui n’est pas armé ? » s’interroge de son côté Sebastian Roché, politologue au CNRS spécialiste de la police. C’était le cas de Nicolas Descottes. Lorsqu’il a été touché, il était « en posture de photographe qui était là pour faire des images. » « Je n’étais pas du tout vindicatif. »

Manifestations plus violentes et reporters plus nombreux

Alors comment expliquer ces violences ? Sebastien Roché l’assure, aucun ordre n’a été donné par la hiérarchie à l’encontre des journalistes. Mais « le fait qu’il y ait plusieurs dizaines de journalistes touchés montre que ce n’est pas non plus l’effet du hasard. »

Depuis quatre ans, le type de manifestations aurait changé selon la porte-parole de RSF. Nuit debout, rassemblements
contre la loi travail, démantèlement de la jungle de Calais et plus récemment « gilets jaunes », « il y a eu une recrudescence des mouvements sociaux et des manifestations plus violentes. » Les réseaux sociaux demandant que plus de journalistes soient sur le terrain, « cela crée un mouvement de foule et donc plus de tensions », observe Pauline Ades-Mevel.

Fatigue, manque de moyens et manque de formation

Cette tension, les policiers la ressentent. « Se faire insulter et caillasser à longueur de manifestations, c’est quelque chose de très dur pour un policier. Ce n’est pas évident à encaisser », confie Sylvain Durante, secrétaire national Alternative police. Une animosité d’autant plus dure à encaisser que les mobilisations durent et s’intensifient.

En comparaison avec les autres mouvements, celui des « gilets jaunes » se distingue par son ampleur et sa longévité. Plus il dure, plus la fatigue des forces de l’ordre se fait sentir. « Le plus difficile, c’est le cumul des services. On n’a plus de jours de repos, plus de vie de famille. »

La fatigue n’est pas le seul facteur explicatif côté police. Très vite, les mobilisations prennent de l’ampleur et le gouvernement se rend compte qu’elles vont durer. Le 12 janvier, Edouard Philippe annonce la mobilisation de 80.000 policiers le temps d’un week-end. Ces volumes sont inédits. Parmi ceux mobilisés, des CRS, professionnels du maintien de l’ordre, mais aussi des policiers spécialisés dans la lutte contre la petite et la moyenne criminalité, des membres de la BAC, et, plus surprenant, des personnels administratifs.

« La désorganisation est un vecteur de violence de la part des policiers. »

Ces policiers « de bureau » se sont soudainement retrouvés dans la rue. « Sur le terrain, on les reconnaissait à leur tenue improvisée, faite de jeans et de protège-tibias achetés dans des magasins de sport. » Une pagaille que Sylvain Durante a lui aussi constatée. « On ne peut pas envoyer des policiers dont ce n’est pas la fonction première dans des manifestations très violentes sans un minimum de formation et d’équipement. » Pour Sebastian Roché, « ces tenues montrent le niveau de désorganisation et la désorganisation est un vecteur de violence de la part des policiers. »

Le silence du ministère de l’Intérieur

Ce constat, RSF en a fait part au ministère de l’Intérieur. Le 18 juin, des membres de l’association ont rencontré Christophe Castaner. Objectif de ce rendez-vous : demander la prise d’engagements en matière de violences policières. Trois jours plus tard, le ministre de l’Intérieur a lancé une « réflexion sur un
nouveau schéma national du maintien de l’ordre ». « Il faut absolument lutter contre ce type de relations et faire en sorte que le travail des journalistes dans les manifestations puisse être fait dans de meilleures conditions », demande la porte-parole de RSF.

Pour Sebastian Roché, le gouvernement doit surtout instaurer une discipline avec de réelles sanctions si des policiers
ne respectent pas les règles. « Quand Emmanuel Macron, dès le mois de décembre 2018, dit qu’il n’y a pas de violences policières, il envoie un message aux policiers. Il leur dit, “vous êtes couverts !” » Pendant les manifestations, nombreux sont les membres des forces de l’ordre à avoir le visage couvert et à ne pas porter de manière apparente leur matricule contrairement à ce que leur impose le règlement. En plus de
ne pas reconnaître ces violences policières, « le gouvernement a voulu décrédibiliser certains vidéastes en disant qu’ils étaient des manifestants déguisés en “faux journalistes” », ajoute le chercheur.

« Des policiers qui enquêtent sur des policiers »

Après plusieurs passages aux urgences, de multiples examens et une opération de cinq heures, Nicolas Descotte souffre moins. Le cartilage de sa pommette a été en partie reconstitué. Le photographe a fait un signalement auprès de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et porté plainte contre X. L’enquête diligentée par l’IGPN a pris fin au printemps et a été transmise au parquet. « J’ai deux enfants, je pense que c’est important qu’il y ait une justice, qu’elle puisse fonctionner et être indépendante. » Mais
l’IGPN est un service du ministère de l’Intérieur, comme aime le rappeler Sebastian Roché. « La situation de dépendance est claire. Elle est inscrite dans la loi. Ce sont des policiers qui enquêtent sur des policiers. »

En tout, 174 enquêtes ont été ouvertes pour des violences impliquant les forces de l’ordre et 57 dossiers sont en cours d’analyse au parquet. Parmi eux, celui de Nicolas Descottes. « Après, indemnités, dommages et intérêts… Le plus important pour moi c’est que l’Etat puisse être condamné. »



1,3K

partages


Source link

A propos de admin2063

admin2063

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*