Dernières nouvelles
Accueil » Politique » Julien Odoul mis en examen dans l’affaire des assistants du FN au Parlement européen
Julien Odoul mis en examen dans l’affaire des assistants du FN au Parlement européen

Julien Odoul mis en examen dans l’affaire des assistants du FN au Parlement européen

Mais quelle personnalité se cache derrière Julien Odoul, le triste sire du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, par qui la croisade anti-voile est repartie de plus belle jusqu’à un paroxysme que l’on croyait déjà atteint ?

Dans une vie antérieure, le jeune séide de Marine Le Pen, à qui cette dernière confia en 2017 les rênes de son parti en Bourgogne, a fait d’abord ses classes, non pas en collant ses affiches électorales ou en tractant sur les marchés, mais en posant pour des magazines gays, et parfois même en faisant la Une des plus influents d’entre eux, en France et en Europe.

Des revues gays au cabinet du Front national – tel qu’il s’appelait encore avant que sa présidente ne tue définitivement le père en le renommant Rassemblement national – il n’y avait qu’un pas qu’a franchi allègrement Julien Odoul en 2014, après toutefois quelques errements du côté du PS tendance fabusienne et de l’UDI de Borloo.

Selon le magazine Challenges, l’élu RN qui, au mépris de la loi en vigueur dans les enceintes délibératives régionales, a jeté sciemment l’anathème sur une accompagnatrice d’enfants voilée, permettant ainsi à Marine Le Pen de se livrer à une nouvelle surenchère odieuse contre le port du voile à l’approche des municipales, serait en délicatesse avec la justice… Ô surprise !!

Ce dernier aurait été mis en examen en avril dernier pour « recel de détournement de fonds publics » dans le cadre de l’affaire des assistants du FN au Parlement européen.

Saisie par Bruxelles, qui évalue le préjudice à 6,8 M€, la justice française enquête sur les cas d’une vingtaine d’assistants du parti, rémunérés sur les fonds européens alors qu’ils n’auraient en fait travaillé que pour le parti à Nanterre. Le parti, en tant que personne morale, a été mis en examen, de même que Marine Le Pen, sa sœur Yann, Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot, Nicolas Bay, Bruno Gollnisch, notamment.

Bombardé « conseiller spécial » de Marine Le Pen, après avoir fait office d’assistant parlementaire auprès de l’eurodéputée Mylène Troszczynski d’octobre 2014 à juillet 2015, percevant le juteux salaire de 3 200 € nets mensuels, Julien Odoul ressemblait davantage à un vigile, assurant la garde rapprochée de sa présidente, qu’à une éminence grise l’inspirant dans l’ombre… C’est la certitude qu’ont acquise les enquêteurs, au fil de leur investigation poussée.

Voilà le portrait peu reluisant qui commence à s’esquisser de Julien Odoul, dont la promotion fulgurante au sein de l’extrême droite n’est pas sans rappeler celle d’Alexandre Benalla dans les arcanes du pouvoir.

Dire de ce pyromane de la cohésion sociale, indigne de siéger dans un conseil régional, qu’il a dévalué l’exercice de la politique dans une République qui n’en avait pas besoin, est un euphémisme.




Source link

A propos de admin2063

admin2063

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*