Dernières nouvelles
Accueil » Politique » la Chine sur le banc des accusés
la Chine sur le banc des accusés

la Chine sur le banc des accusés

RÉCIT –Pékin est de plus en plus ouvertement et vivement dénoncé pour sa politique génocidaire contre les populations musulmanes de la région du Xinjiang.

Un camp de rééducation dans les environs de Hotan, en mai 2019. La politique de contrôle et d’assimilation des minorités Ouïghoures et des Kazakhs, au Xinjiang, est de plus en plus répressive.
Un camp de rééducation dans les environs de Hotan, en mai 2019. La politique de contrôle et d’assimilation des minorités Ouïghoures et des Kazakhs, au Xinjiang, est de plus en plus répressive. GREG BAKER/AFP

Après les États-Unis, et la Grande-Bretagne, la France hausse le ton à son tour sur la répression au Xinjiang. Jean-Yves Le Drian a dénoncé, le 21 juillet, les «pratiques inacceptables» orchestrées par le régime communiste chinois à l’encontre des populations turcophones musulmanes dans la province occidentale de l’empire du Milieu. Le ministre des affaires étrangères français a pointé du doigt un «système répressif», marqué par un contrôle des naissances, lors d’un débat à l’Assemblée nationale, se joignant au concert croissant de critiques internationales, dont certaines accusent la Chine de «génocide». «Ce qui transparaît, ce sont des camps d’internement pour les Ouïgours, des détentions massives, des disparitions, du travail forcé, des stérilisations forcées, la destruction du patrimoine culturel ouïgour et en particulier des lieux de culte», a déclaré Jean-Yves Le Drian, délivrant l’une des dénonciations les plus détaillées en date de la part de Paris, jusqu’ici prudent sur ce dossier

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ pendant 2 mois

Annulable à tout moment


Source link

A propos de admin2063

admin2063

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*