Dernières nouvelles
Accueil » Société » Un élu entendu dans une affaire de viols présumés, il démissionne de ses fonctions
Un élu entendu dans une affaire de viols présumés, il démissionne de ses fonctions

Un élu entendu dans une affaire de viols présumés, il démissionne de ses fonctions


La façade de l’Hotel de ville de Toulouse, place du Capitole. — Alexandre GELEBART/REA

Mardi, Frédéric Brasilès, conseiller municipal de Toulouse délégué aux Festivités a été placé en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire selon une information révélée par 
100 % Radio, confirmée par le parquet de Toulouse.

Les enquêteurs de la PJ l’ont entendu dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte pour viols. Une plainte a été déposée récemment et concerne des faits qui auraient été commis en 2012, indique le procureur de la République, Dominique Alzéari.

« Une précédente enquête, remontant à 2007 portant aussi sur des allégations de viol, susceptible d’avoir été perpétré dans des conditions similaires, a été jointe à l’enquête. Enfin, des comportements révélés en 2019 comme relevant de la notion de harcèlement sexuel, ont aussi fait l’objet d’investigations complémentaires », précise le parquet.

Mercredi, à l’issue de sa garde à vue, au cours de laquelle il a « contesté l’ensemble des faits qui lui sont imputés » selon le parquet, l’élu de la majorité municipale de Jean-Luc Moudenc a été laissé libre. L’enquête préliminaire se poursuit selon les services du procureur.

Démission de son mandat municipal

La mairie de Toulouse a indiqué ce jeudi dans un communiqué que Frédéric Brasilés avait présenté sa démission au maire de Toulouse.

« Il m’a indiqué ne reconnaître aucun des faits qui lui sont reprochés. Cependant, afin de pouvoir se défendre sereinement sur ses affaires personnelles sans porter préjudice à la collectivité, Frédéric Brasilès m’a remis sa démission. Je l’ai acceptée. Il revient maintenant à la justice de faire son travail. Je laisse aux juges et à la police judiciaire le soin d’enquêter afin que toute la lumière soit faite sur ces accusations, dans le double respect de la présomption d’innocence et du droit des victimes », a indiqué Jean-Luc Moudenc dans un communiqué

Plainte pour corruption

Les problèmes judiciaires s’accumulent ces derniers temps pour ce photographe de profession. Il y a quinze jours, un restaurateur toulousain a déposé  plainte contre lui pour « corruption et trafic d’influence ».

Julien Roumagnac, patron du Caffé Baggio, avait accusé Frédéric Brasilès, en août dernier dans une vidéo, de lui avoir réclamé 35.000 euros en liquide de dessous de table en liquide pour pouvoir organiser la « Feria Tolosa » qui a eu lieu en juillet 2018 sur le parking du Zénith.

Une accusation dont s’est défendu le conseiller municipal arguant qu’il n’avait « jamais usé de ces pratiques ». Il a lui même déposé plainte pour diffamation à l’encontre de son accusateur. Sollicité par 20 Minutes, Frédéric Brasilès n’avait pas donné suite ce jeudi midi.


Source link

A propos de admin2063

admin2063

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*